L'inconnue de Peyrolles, Françoise Bourdin,...
Beau-père, Bertrand Blier, 1981 - roman...

La nuit des hulottes, Gilbert Bordes, 1992 - vieillir à la campagne ou en maison de retraite, roman

2,50 €
TTC

La nuit des hulottes, Gilbert Bordes - roman - Prix R.T.L. Grand Public 1992 - Toute sa vie, Cyprien Mallorie a été un homme libre : menuisier ébéniste dans une commune proche de Tulle, esprit singulier, cabochard, il ne s'en est jamais laissé imposer par personne. Mais il y a quelques mois, sa femme est morte, et le voici seul dans un village désert. Il a plus de quatre-vingt ans et des crises d'angine de poitrine le terrassent. Cependant, obstinément, farouchement, il refuse l'idée même d'entrer dans une maison de retraite, malgré l'insistance de ses enfants : ce serait s'arracher à son atelier, à ses amis, à son jeune copain Olivier, un gamin de sept ans à qui il apprend à lire le ciel, la terre et l'eau. Ce serait s'arracher à ses souvenirs, à ses amours enfuies, à sa vie. Il devra bien, un jour, y consentir, mais ce sera pour, très vite, se révolter, s'enfuir de la prison dorée. Tout un hiver, tout un printemps, de plus en plus faible mais toujours aussi fier, il fait front avec la seule affection d'Olivier qu'un destin semblable au sien (la pension) menace. Il est sur le point d'accepter le sort que ses enfants et la société lui destinent lorsque le rejoint Caroline, sa petite-fille, qu'animent les mêmes passions que lui. éditions France Loisirs, 1992#romans français, #vieillesse, #temps qui passe, #maisons de retraite, #vieillir à la maison, #prix R.T..L.

Quantité

Paiements 100% sécurisés

La nuit des hulottes, Gilbert Bordes - roman - Prix R.T.L. Grand Public 1992 - Toute sa vie, Cyprien Mallorie a été un homme libre : menuisier ébéniste dans une commune proche de Tulle, esprit singulier, cabochard, il ne s'en est jamais laissé imposer par personne. Mais il y a quelques mois, sa femme est morte, et le voici seul dans un village désert. Il a plus de quatre-vingt ans et des crises d'angine de poitrine le terrassent. Cependant, obstinément, farouchement, il refuse l'idée même d'entrer dans une maison de retraite, malgré l'insistance de ses enfants : ce serait s'arracher à son atelier, à ses amis, à son jeune copain Olivier, un gamin de sept ans à qui il apprend à lire le ciel, la terre et l'eau. Ce serait s'arracher à ses souvenirs, à ses amours enfuies, à sa vie. Il devra bien, un jour, y consentir, mais ce sera pour, très vite, se révolter, s'enfuir de la prison dorée. Tout un hiver, tout un printemps, de plus en plus faible mais toujours aussi fier, il fait front avec la seule affection d'Olivier qu'un destin semblable au sien (la pension) menace. Il est sur le point d'accepter le sort que ses enfants et la société lui destinent lorsque le rejoint Caroline, sa petite-fille, qu'animent les mêmes passions que lui. 

éditions France Loisirs, 1992.  #romans français, #vieillesse, #temps qui passe, #maisons de retraite, #vieillir à la maison, #prix R.T..L.

Description :  livre relié, couverture cartonnée, avec jaquette, 274 pages. format 21 cm x 13,5 cm. bon état. Signature manuscrite sur la page de titre. 

2703
1 Article

Vous aimerez aussi