L'histoire de Kim Christopher, Pearl Buck, 1968...
Espérance, Berthe Bernage, 1948 - roman à l'eau...

La grande vie, Roger Bordier, 1981 - romans français, écrivains XXe siècle

2,50 €
TTC

La grande vie, Roger Bordier - roman - C'est un bruit lent et sournois, têtu, calculé, parfois suspendu dans un silence guetteur et tout en alerte. C'est le bruit de quelqu'un qui rôde. Derrière ce mur, il y a peut-être un vide, un couloir, une cour, une remise, un entrepôt, une entrée, n'importe quoi, des lieux informes et sans usage dans cette confusion de nuit, de passé, de miasmes, ou encore un débarras, par exemple, un coin délaissé depuis longtemps, une espèce de réduit semblable à celui-ci. Comment savoir ? Les maisons, les passantes, les regards, les gestes, tout chavirait ensemble, d'un coup ; tout prenait le même sens et la même démesure. Un monde familier devenait sans repère et il y avait eu ce refuge : on est toujours attendu quelque part. Même les choses ont cette patience. Si le type cherche, s'il insiste, il finira bien par trouver, lui, en cette obscurité froide et gluante, un chemin quelconque pour guider sa marche, un détour à prendre, un volet à ouvrir, un rai de lumière à faire glisser. Le hasard le servira. A moins qu'il ne renonce ? Le bruit cesse. Non ? Non, il revient et en même temps un rire très aigu, un drôle de rire sans voix ni frisson monte de la poitrine jusqu'aux lèvres serrées puis envahit la bouche, hésite, parcourt la nuque, enfin retombe tout droit, d'un seul jet, en larme : le couteau, pense aussitôt Thomas. Le couteau , Mais il se ressaisit : c'est vraiment trop bête ; l'endroit est tout à fait calme et ce qu'il entendait ainsi ce n'était rien d'autre, par saccades, que le mouvement fiévreux de son épaule contre le mur. Il se tâte l'avant-bras : entre le coude et le poignet, la plaie doit être nette, longue, somme toute asse propre, déjà aseptisée. Du travail bien fait. éditions Albin Michel, 1981. #romans français, #romans XXe siècle

Quantité

Paiements 100% sécurisés

La grande vie, Roger Bordier - roman - C'est un bruit lent et sournois, têtu, calculé, parfois suspendu dans un silence guetteur et tout en alerte. C'est le bruit de quelqu'un qui rôde. Derrière ce mur, il y a peut-être un vide, un couloir, une cour, une remise, un entrepôt, une entrée, n'importe quoi, des lieux informes et sans usage dans cette confusion de nuit, de passé, de miasmes, ou encore un débarras, par exemple, un coin délaissé depuis longtemps, une espèce de réduit semblable à celui-ci. Comment savoir ? Les maisons, les passantes, les regards, les gestes, tout chavirait ensemble, d'un coup ; tout prenait le même sens et la même démesure. Un monde familier devenait sans repère et il y avait eu ce refuge : on est toujours attendu quelque part. Même les choses ont cette patience. Si le type cherche, s'il insiste, il finira bien par trouver, lui, en cette obscurité froide et gluante, un chemin quelconque pour guider sa marche, un détour à prendre, un volet à ouvrir, un rai de lumière à faire glisser. Le hasard le servira. A moins qu'il ne renonce ? Le bruit cesse. Non ? Non, il revient et en même temps un rire très aigu, un drôle de rire sans voix ni frisson monte de la poitrine jusqu'aux lèvres serrées puis envahit la bouche, hésite, parcourt la nuque, enfin retombe tout droit, d'un seul jet, en larme : le couteau, pense aussitôt Thomas. Le couteau , Mais il se ressaisit : c'est vraiment trop bête ; l'endroit est tout à fait calme et ce qu'il entendait ainsi ce n'était rien d'autre, par saccades, que le mouvement fiévreux de son épaule contre le mur. Il se tâte l'avant-bras : entre le coude et le poignet, la plaie doit être nette, longue, somme toute asse propre, déjà aseptisée. Du travail bien fait. 

éditions Albin Michel, 1981#romans français, #romans XXe siècle

Description : livre relié, couverture cartonnée, 549 pages. format 23 cm x 14,5 cm. bon état.

2680
1 Article