Les chouans, T2, Honoré de Balzac, 1951 -...
Condamnée au silence, Ginette Briant, 1980
  • Nouveau

La harpe irlandaise, Germaine Beaumont, 1977 - romans d'amour à l'eau de rose, romanesque, collection Nostalgie

2,50 €
TTC

La harpe irlandaise, Germaine Beaumont - roman, Collection Nostalgie - Veuve depuis cinq ans, Laura se sent encore accablée par la mort de son époux. Leur union ne fut pas des plus heureuses pourtant... Edmond l'aimait-il vraiment ? Sensible et douce, Laura, par moments, a de bizarres perceptions. Le monde invisible devient alors très présent pour elle. Comme elle arrive à Saint-Suger, dans leur résidence d'été, Laura voit son mari. Que désire-t-il donc ? Puis elle découvre dans le village une étrange et belle demeure abandonnée : la Jamoise. Elle apprend ensuite qu'Edmond la fréquentait. Le même jour, Laura acquiert une vielle boîte de peinture en provenance de la Jamoise. Tout au fond, un portrait oublié la stupéfie : c'est elle, peinte à une époque où Edmond l'ignorait. La phrase soulignée par le disparu dans son livre préféré va Laura : "Moi, je pleure toujours Lucie " Qui était cette Lucie ? Et qui sont les jeunes amoureux qui se donnent rendez-vous, chaque nuit, dans le parc de la Jamoise ? Laura pressent un drame, un lien entre eux, ce mari, ce portrait... Qui à remettre imprudemment en cause une partie de sa vie, elle veut savoir. éditions Librairie Jules Tallandier, 1977. #romans d'amour, #romanesque, #roman à l'eau de rose, #bons sentiments, #héroïne vertueuse, #romans de l'ancien temps, #Tallandier, #collection nostalgie

Quantité

PayPal

La harpe irlandaise, Germaine Beaumont - roman, Collection Nostalgie - Veuve depuis cinq ans, Laura se sent encore accablée par la mort de son époux. Leur union ne fut pas des plus heureuses pourtant... Edmond l'aimait-il vraiment ? Sensible et douce, Laura, par moments, a de bizarres perceptions. Le monde invisible devient alors très présent pour elle. Comme elle arrive à Saint-Suger, dans leur résidence d'été, Laura voit son mari. Que désire-t-il donc ? Puis elle découvre dans le village une étrange et belle demeure abandonnée : la Jamoise. Elle apprend ensuite qu'Edmond la fréquentait. Le même jour, Laura acquiert une vielle boîte de peinture en provenance de la Jamoise. Tout au fond, un portrait oublié la stupéfie : c'est elle, peinte à une époque où Edmond l'ignorait. La phrase soulignée par le disparu dans son livre préféré va Laura : "Moi, je pleure toujours Lucie " Qui était cette Lucie ? Et qui sont les jeunes amoureux qui se donnent rendez-vous, chaque nuit, dans le parc de la Jamoise ? Laura pressent un drame, un lien entre eux, ce mari, ce portrait... Qui à remettre imprudemment en cause une partie de sa vie, elle veut savoir. 

éditions Librairie Jules Tallandier, 1977. #romans d'amour, #romanesque, #roman à l'eau de rose, #bons sentiments, #héroïne vertueuse, #romans de l'ancien temps, #Tallandier, #collection nostalgie

Description : livre broché collé, couverture souple, 280 pages. format 18 cm x 11,5 cm. bon état. 

2638
1 Article